Qui sommes nous?

Alors il y a E, notre fils aine, né en Février 2007. Il se surnomme lui même “l’enfant de l’hiver” et essaie de nous convaincre du fait qu’il n’a jamais froid pour porter des shorts l’hiver. Sauf que nous avons déménagés de Londres en aout 2014 pour Chicago, ou on considère avoir une bonne journée d’hiver a -5C.

E est un perfectionniste et a une aptitude à se dédier à sa tache jusqu’au bout à m’en rendre envieuse. Le regarder faire est fascinant. Cela veut aussi dire qu’il se met une pression d’enfer pour réussir toujours plus haut et plus loin et étant aux Etats Unis ou cela est encouragé fortement il commençait à en perdre le sommeil, et ça me rendait triste. La pression des examens et de la réussite je veux bien mais pas à 9 ans.

Ensuite il y a V, notre second, né en Juillet 2008. Lui c’est l’enfant de l’ete, et il ne supporte pas le froid. Il est le plus heureux au soleil et au bord de l’eau.

Il est notre enfant flamboyant. A la fin 2015 après une année difficile à l’école nous avons decide de lui faire passer des tests qui ont révélés sa précocité et une très grande aptitude pour l’apprentissage visuel et abstrait. En gros cela veut vraiment dire qu’il doit apprendre en manipulant et en visualisant. L’apprentissage par coeur, les répétitions et la pratique à n’en plus finir ne lui servent à rien si ce n’est qu’il s’ennuie à mourir en classe. De plus cette forme d’apprentissage ne fait que lui donner la fausse impression de ne pas suivre et donc de lui faire perdre confiance en lui.

De plus cette précocité intellectuelle peut aussi entrainer un décalage entre ses capacités intellectuelles et ses capacités émotionnelles donc très souvents ces enfants ont un comportement immature et en décalage avec la norme. Voici une des raisons principales qui nous ont poussées a faire l’école à la maison.

En ce qui concerne le reste de la famille, il y à C le plus patient des pères et mari, celui qui tient la barre quand nous tous perdons un peu les pédales. Et il est le prof d’EPS bien sur.

Et moi, et bien je suis la Maman, la prof, le pion, la femme, celle qui s’occupe du chien, tient la cantine, l’infirmière, l’assistante sociale, la régulatrice de conflit, la secrétaire… et celle qui a vraiment décidée de se lancer dans ce projet.

Je sais que nous avons pris la bonne décision. Toutes les craintes que j’avais avant de commencer se sont envolées. Alors bien sur parfois les doutes resurgissent et il y a toutes les questions “est ce qu’on fait bien?” “est ce qu’on va leur gâcher leur avenir?”…

Et puis il y a ces moment de plus en plus nombreux ou je les ecoute discuter d’Einstein, puis de se lancer sur Beethoven pour finir en grande discussion sur les nouveaux pirates de l’ère digitale et la je me dit qu’en fait on fait un boulot pas trop mal.